Étiquettes

, , , , ,

Jean Renoir est né à Paris le 15 septembre 1894. Il est le second fils du peintre impressionniste Auguste Renoir, il apparaît d’ailleurs sur de nombreuses toiles de son père. Suite à des études médiocres, il s’engage dans le corps des Dragons en 1912. Soldat en 1914, il sert dans l’aviation à partir de 1916. Il rapporte de la guerre une blessure à la jambe qui le fit boiter toute sa vie. En 1920, il épouse un des modèles de son père. Il se convertit au cinéma en 1922 quand il découvre le film Erich von Stroheim Folies de femmes.

La fille de l’eau (1925) est le premier long métrage de Jean Renoir, il est l’un de ses seuls films qui soit considéré comme impressionniste. En effet Jean Renoir ne fait pas partie de la liste des cinéastes impressionnistes de Louis Delluc; Néanmoins il est très clair que Jean Renoir à toujours été intimement lié à ce mouvement, en effet tout au long de sa carrière cinématographique on retrouve des hommages aux tableaux de son père, notamment dans Partie de campagne de 1936.

La fille de l’eau est qualifié par les critiques de « fable bucolique à l’esthétique impressionniste ». Dans ce film, Jean Renoir met en scène sa propre femme Catherine Hessling qui joue le personnage principal Gudule ainsi que son frère Pierre Renoir, dans le rôle d’un paysan.

Synopsis :

L’histoire commence sur une péniche au fil de l’eau occupée par Gudule, une jeune fille chargée des besognes domestiques, son père et son oncle, Jef. Ayant fait une mauvaise chute dans la rivière, le père se noie : sa fille se retrouve aux prises avec l’oncle, une brute qui la martyrise. Elle s’enfuit mais fait de drôles de rencontres dans la forêt avant de rencontrer Georges, qui l’héberge, la soigne et la protège. Mais son oncle la retrouve.

Dans un premier temps, nous pouvons remarquer que Jean Renoir est fidèle à la tradition « féministe » des scénarios impressionnistes. Il utilise les procédés types pour mettre en avant cela : sur-impression, flous, fondus, déformations de l’image, jeu sur la lumière et le cadrage. Il crée une véritable « symphonie visuelle », tout comme un peintre, il procède par une successions d’effets.

Jean Renoir fait aussi allusion au tableau de son père :

Extrait de la fille de l’eau

Femme dans un bateau, Auguste Renoir.

AC

Sources : http://nezumi.dumousseau.free.fr/renoir.htm et
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fille_de_l%27eau et
http://www.cineclubdecaen.com/analyse/impressionnismedanslimaginairedeleauaucinema.htm

Advertisements